LE SITE DE BIOFILM REMOVE A ETE CREE AFIN DE PARTAGER NOS CONNAISSANCES ET NOTRE EXPERIENCE AVEC TOUS NOS CLIENTS. C’EST POUR CETTE RAISON QUE NOUS AVONS CREE UNE SECTION FOIRE AUX QUESTIONS.

SI VOUS AVEZ DES QUESTIONS OU DES DOUTES A PROPOS DE NOTRE TECHNOLOGIE, DE NOS PRODUITS ET DE LEURS APPLICATIONS, N’HESITEZ PAS A NOUS CONTACTER ET NOS TECHNICIENS VOUS REPONDRONT DANS LES PLUS BREFS DELAIS.


01. Qui a développé BioFinder?
BioFinder est le résultat d'un projet de recherche conjoint entre ITRAM HIGIENE, l’UAB (Université Autonome de Barcelone) et le centre technologique LEITAT. Dans le cadre de ce projet, sont également intervenus des experts dans le domaine de la chimie, de la microbiologie, de l'hygiène et de la sécurité alimentaire.


02. Mécanisme d'action?
Réaction enzymatique: BioFinder réagit au contact des catalases provenant des micro-organismes.


03. Comment réagit le produit?
BioFinder est un détecteur de biofilms qui réagit au contact des biofilms en produisant une mousse blanchâtre qui contraste avec la couleur orangée du produit.


04. Comment se forme la mousse?
La mousse se forme suite à une réaction enzymatique qui libère de l'oxygène en présence d’enzymes catalases.


05. Pourquoi la mousse reste-t-elle durant 10 minutes?
Grâce à son agent tensioactif et son caractère visqueux, la production de bulles d'oxygène est maintenue durant une certaine période, permettant une observation visuelle pendant 10 minutes, voire plus.


06. Quel est la quantité minimum de micro-organismes qui doivent être présents sur une surface pour obtenir une réaction positive?
Pour une réaction visuellement positive, la contamination microbiologique doit être supérieure à 4 unités logarithmiques. En présence d’une plus faible concentration, elle réagit également, mais s'agissant d’une méthode sensorielle, la réaction est très faible, et donc plus difficile à visualiser.


07. Existe-t-il une réaction faussement positive?
Oui, et afin d’éviter de fausses réactions positives, nous vous recommandons d'appliquer le produit sur les surfaces après le nettoyage et la désinfection ou alternativement lorsqu’il ne reste aucun résidu alimentaire, et que la surface est donc propre.

Pourquoi?
Certains aliments, pas tous, contiennent des catalases et peuvent provoquer une réaction positive. Ceci indiquerait que le niveau de contamination est faible, ce qui est lié à un risque potentiel de croissance des micro-organismes et par conséquent la formation de biofilms. Cela représenterait alors un risque pour la sécurité alimentaire. Dans le cas présent, BioFinder agirait alors comme un indicateur d'hygiène.


08. BioFinder est-il similaire à l'ATP?
Oui, les deux méthodes sont enzymatiques. Mais BioFinder est uniquement qualitatif, alors que la détection de l'ATP par bioluminescence est semi-quantitative. La présence de l'ATP permet d’évaluer indirectement la présence de micro-organismes ou d'autres contaminants qui contiennent la molécule ATP. Cette réaction enzymatique produit de la lumière qui est mesurée sur un luminomètre. Cette méthode utilise une échelle qui permet d'interpréter la quantité de lumière produite en unités relatives de lumière (URL).


09. Quel type de biofilm peut être détecté par BioFinder?
BioFinder détecte les biofilms des micro-organismes composés de : bactéries, levures et champignons. Ces derniers forment des pseudo-biofilms grâce à la croissance de leurs hyphes. Les biofilms peuvent être d'une seule espèce (mono-espèce) ou de plusieurs espèces (pluri-espèces). BioFinder peut également détecter certaines algues vertes.


10. Liste des micro-organismes testés avec BioFinder?
- Listeria monocytogenes.
- Escherichia coli.
- Staphylococcus aureus.
- Cronobacter sakazakii
- Salmonella spp.
- Pseudomonas aeruginosa.


11. Fonctionne-t-il avec les champignons?
Oui, si ce sont des micro-organismes aérobies du type Candida albicans, Aspergillus, Penicillium et Saccharomyces cerevisiae, etc. Comme ces micro-organismes sont plus grands, avec un nombre de cellules identique (par exemple : 4 unités logarithmiques), ils provoqueraient une réaction plus visible qu’avec les bactéries.


12. BioFinder cible-t-il un seul type de bactéries?
Non, pas précisément un seul type de bactéries, mais un type de micro-organismes. Notre produit réagit uniquement en présence d’un biofilm composé d'un ou de plusieurs micro-organismes qui contiennent l'enzyme catalase, c’est-à-dire catalase-positives (bactéries, levures et champignons). Rappelons-nous qu'il détecte une réaction enzymatique, une propriété chimique présente dans de nombreux micro-organismes vivants.


13. Disposez-vous de données prouvant que BioFinder a la capacité de détecter un large éventail de bactéries?
BioFinder a été testé sur les micro-organismes les plus pertinents dans l'industrie alimentaire et est validé par un laboratoire accrédité par l’ENAC (Agence nationale espagnole pour l'accréditation et la certification).


14. La méthode est-elle approuvée par un organisme régulateur international?
Jusqu’à présent, nous ne disposons pas de reconnaissance internationale, mais nous sommes en cours de notification auprès de l’agence américaine FDA (Food and Drug Administration) concernant les utilisations et applications du BioFinder pour être exporté vers les États-Unis. Il convient de mentionner que certains composants ont déjà obtenu l’approbation de la FDA.


15. Le produit doit-il être appliqué sur une surface sèche ou peut-elle également être humide?
Il est recommandé d’utiliser le produit sur des surfaces récemment nettoyées, de sorte que si l'application suit immédiatement le processus de nettoyage, la surface sera légèrement humide. Notre produit est de nature visqueuse et par conséquent, sur les surfaces sèches le contact est immédiat. Toutefois, notre produit contient des agents humectants qui lui permettent de traverser une fine couche d'eau, et d’être en contact et de réagir aux micro-organismes qui répondent aux exigences ci-dessus.


16. Si j’applique le BioFinder dans un réservoir, suffit-il de rincer durant 10 minutes pour l’éliminer totalement? Qu’en est-il sur les surfaces ouvertes?
Oui, c’est suffisant pour les systèmes CIP. En ce qui concerne les surfaces ouvertes, un rinçage normal est suffisant, avec de l’eau abondante et une pression normale, de la même manière qu’après l'application d'un détergent classique.


17. BioFinder peut-il laisser des résidus toxiques après le rinçage?
Non, si le rinçage a été bien effectué. Etant donné que, selon la législation actuelle, le pourcentage des composants qui se trouvent dans la formule n’est pas considéré comme dangereux, et avec un rinçage adéquate, il ne devrait rester aucun résidu. De plus, la formule est fortement soluble dans l'eau.


18. Liste des surfaces testées avec BioFinder:
- Acier inoxydable.
- Le polypropylène.
- Peinture époxy pour le revêtement des surfaces.

Cela ne signifie pas que BioFinder ne peut pas être appliqué sur d'autres surfaces, telles que:
- Polyéthylène haute densité.
- Polytétrafluoroéthylène.
- Chlorure de polyvinyle.
- Polyuréthane.
- Verre borosilicaté.
- Céramique.
- Les Textiles (polyamide, le coton, le polyester et le nylon), etc.

Il ne doit pas être utilisé sur des surfaces en bois peintes ou laquées car le produit peut les décolorer.


19. La rugosité des surfaces est-elle un facteur à prendre en considération?
Non, le produit a été testé sur les surfaces que l’on trouve habituellement dans les secteurs agroalimentaire, pharmaceutique ou hospitalier. Les surfaces plus rugueuses sont des réservoirs idéals pour l'adhésion des microorganismes, qui se développent dans les crevasses sous forme de communautés. Notre produit, étant un liquide légèrement visqueux, n'a aucune difficulté à pénétrer les surfaces rugueuses, et la réaction est donc visible de la même manière.


20. Le produit fonctionne-t-il sur les surfaces textiles en présence de contamination microbienne?
Oui, il va réagir en présence d’un groupe suffisant de micro-organismes, d’un biofilm, au-delà de 104 cellules bactériennes catalase-positives.


21. Si nous appliquons le produit sur le sol et qu’il ne mousse pas (par exemple sur le sol des toilettes qui n'est pas propre), quelle peut être l'explication?
Qu'il n'y a pas assez de micro-organismes catalase-positives.


22. Dans les zones froides, le produit met-il plus de temps à réagir?
Les enzymes ont toujours une température optimale de réaction. Au-dessous de cette température optimale, son activité ralentit, et au-dessus, s’agissant d’une protéine, elle atteint un point où elle est dénaturée et perd complètement son activité sur son substrat. Dans ce cas, le substrat est le peroxyde d'hydrogène contenu dans la formule du BioFinder.
Il existe une étude qui mentionne que la catalase de Micrococcus luteus (enzyme industrielle) est optimale à 10-55°C avec une activité relative de 95-100%. Au-dessus de 55°C, l'activité commence à diminuer au fur et à mesure que la température augmente, jusqu’à sa perte totale.


23. La mousse doit-elle être répartie dans toute la solution, ou suffit-il qu’elle soit présente en un point unique pour être considérée comme une réaction positive?
La mousse s’observe là où existe une contamination par biofilms. Par conséquent, il n’est pas nécessaire que la mousse soit présente dans l'ensemble de la zone où le BioFinder a été appliqué.


24. Quel doit être l'angle de pulvérisation par rapport à la surface?
Il vous suffit de pulvériser doucement sur la surface, pour éviter la formation de bulles lors de l’application. Vous pouvez le faire sur les surfaces horizontales avec un angle de 45°, ou directement sur les surfaces verticales avec un angle compris entre 45 et 135°.


25. Puis-je utiliser tout type de buse de pulvérisation (dans le cas par exemple où la buse du BioFinder serait endommagée)?
Nous recommandons une buse de pulvérisation similaire, qui permette l’application du produit sous forme de jet (pas de vaporisation/spray), afin de réguler la sortie du produit et une étanchéité totale.


26. Quels sont les facteurs pouvant affecter l'activité du BioFinder?
Un stockage inapproprié, comme l'exposition à des températures élevées ou à la lumière directe du soleil.


27. Depuis quand le produit est-il sur le marché?
BioFinder a été lancé en Espagne le 18 octobre 2012 lors du Congrès International de Sécurité Alimentaire KAUSAL 2012.


28. L'explication selon laquelle la réaction est lente est-elle due au métabolisme des micro-organismes?
La réaction sera lente seulement si l'environnement est très froid, tout en sachant que certains micro-organismes ont la capacité de se développer à des températures de réfrigération. L'idéal est d'appliquer BioFinder à température ambiante, afin que le réactif ne soit pas trop froid (environ 20-25°C).


29. Le BioFinder réagit-il au contact de l’oxolate de calcium et/ou de magnésium?
Si le BioFinder réagit à la présence d’oxolate, cela se fera en toute sécurité car l’oxolate est constitué de sels organiques ou résidus qui ont servi de substrats pour que les micro-organismes se fixent, se nourrissent et forment des biofilms. Les sels d’oxolate peuvent être de calcium ou de magnésium, et peuvent être également d'autres sels organiques. Ceci provoque la croissance des micro-organismes qui y adhèrent.


30. BioFinder peut-il vérifier la qualité de la désinfection?
BioFinder vérifie l'absence de biofilms dans un environnement naturellement aérobie (commun dans les industries agroalimentaires), et, par conséquent, l'ensemble du protocole de désinfection.
BioFinder est un complément pour le contrôle de l'hygiène dans le cadre du protocole de nettoyage et de désinfection habituel. Son utilisation est recommandée avant le redémarrage de la production (lorsqu’elle a été interrompue pendant le week-end par exemple) pour vérifier l'absence de biofilms sur les points de contrôle critiques, ou pour contrôler ces points de contrôle critiques où il pourrait y avoir des souches permettant le développement de biofilms.


31. Combien d’applications ou d'analyses peuvent être réalisées avec une bouteille de BioFinder?
Le nombre dépendra de la surface que vous souhaitez couvrir, par exemple:
5 ml de BioFinder (environ 6 pulvérisations) peuvent couvrir une surface de 10 x 10 cm (100 cm²). Par conséquent, 1 bouteille de 500 ml = 100 applications environ.
En comparaison avec les autres méthodes comme les prélèvements, les plaques de contact, l’ATP, BioFinder est la méthode de validation de l’hygiène la plus économique.


32. Sur les surfaces des laboratoires où nous sommes généralement en présence d’une contamination de 1 ou 2 colonies (bactéries) et avec un pic maximal de 5 UFC/plaque de contact, BioFinder réagira-t-il ?
Les essais préliminaires ont démontré que cela ne fonctionne pas sur des cellules isolées. Il ne s’agit pas d’un nombre suffisant pour supposer que nous sommes en présence d’un problème de formation de biofilms, où nous serions alors confrontés à un problème de sécurité alimentaire. Toutefois, sur une plaque de contact, une colonie n’indique pas nécessairement qu’il y a un unique micro-organisme sur la surface. Il peut également être la source d’un biofilm.


33. Dans le secteur hospitalier et/ou clinique, il n'y a pas les mêmes micro-organismes "cibles" que dans l'industrie alimentaire (exemple: Streptococcus et Enterococcus, qui forment des biofilms sur les dispositifs médicaux). BioFinder réagira-t-il ainsi au contact des biofilms de ces micro-organismes catalase-négatives?
Bien qu’il y ait des micro-organismes catalase-négatifs, l'hypothèse est que les biofilms développés naturellement dans un environnement aérobie sont mixtes. Par conséquent, il pourrait y avoir un minimum de quelques espèces catalase-positives qui nous permettraient de visualiser la réaction.


34. Dans l'industrie laitière, la microflore environnementale prédomine, les bactéries catalase-négatives telles que l'acide lactique (Lactobacillus spp., Pediococcus spp., Leuconostoc spp., Enterococcus spp., Streptococcus spp.), BioFinder, réagirait-il?
Les bactéries d'acide lactique sont des bactéries qui nécessitent peu d'oxygène pour se reproduire (anaérobies facultatifs). Les trois premières peuvent engendrer des problèmes d'altération dans l'industrie de la bière. La quatrième, la plus courante, indique une mauvaise hygiène (E. fecaelis), la cinquième (S. agalactie) engendre des problèmes de mammite. Comme dans le secteur clinique (ci-dessus), celles-ci forment rarement elles-mêmes un biofilm dans un environnement aérobie. Elles sont généralement mélangées à d'autres micro-organismes. De cette manière, c’est à ce moment-là qu’elles peuvent être détectées par BioFinder, si dans le mélange il y a des micro-organismes aérobies catalase-positives.


35. Il existe actuellement sur le marché des méthodes rapides qui laissent des tâches sur les surfaces. BioFinder tâche-t-il les surfaces?
Non, BioFinder, contrairement à d'autres méthodes basées sur la coloration, ne laisse aucune tâche ni trace.


36. BioFinder est-il breveté?
Oui, un brevet international est en cours d’obtention pour BioFinder. Pour le moment, nous avons détecté un fabricant qui tente de copier BioFinder et de commercialiser un produit similaire, mais nous l’avons dénoncé pour violation de notre brevet. Il est important de noter que les copies et imitations n’apportent aucune garantie et manquent d'études scientifiques pour prouver leur efficacité.


37. Le transport et le stockage de BioFinder nécessite-t-il des exigences particulières?
Non, BioFinder n'est pas considéré comme une matière dangereuse, et ne nécessite donc pas de transport ADR. Le stockage doit se faire dans un endroit sec, le produit doit être conservé à une température ambiante de 20°C, et il faut éviter la lumière directe du soleil sur l’emballage.